La Commission européenne adopte une feuille de route sur la stratégie énergétique de l’Union à l’horizon 2050

La Commission européenne a présenté sa feuille de route pour organiser la stratégie énergétique de l’UE à l’horizon 2050. Estimant que les mesures ne sont pas suffisantes, l’eurodéputé EELV Yannick Jadot a critiqué le Commissaire européen à l’Energie Günther Oettinger. The Greenweb par Anna Demontis, Vendredi 16 décembre 2011.

La Commission européenne a adopté hier la feuille de route Energy Roadmap 2050, qui détaille les différents scénarii possibles pour l’avenir énergétique de l’Union Européenne (UE). Bruxelles ambitionne d’élaborer un mix énergétique responsable, c’est-à-dire à même de réduire de 80 % les émissions de gaz à effet de serre (GES) de l’Union d’ici 2050. Le texte publié par la Commission établit les mesures d’encadrement jugées nécessaires à la concrétisation d’un tel objectif. Fin octobre, un mois avant l’ouverture du sommet de Durban (Afrique du Sud), la Commission européenne avait pourtant fait montre d’un certain découragement, menaçant même de renoncer à ses velléités climatiques si aucun accord international n’était trouvé dans les prochaines années. C’est finalement une toute autre tactique qu’a adopté l’organe exécutif et législatif de l’UE.

Objectif prioritaire pour les commissaires européens : l’efficacité énergétique, qui doit être renforcée en vue d’obtenir « un meilleur accès des consommateurs au capital et de mettre en place de nouveaux modèles économiques », stipule la feuille de route. Elle préconise également un développement soutenu des énergies renouvelables, lesquelles devront contribuer à hauteur de 30 % du mix énergétique de l’UE d’ici 2030, sans pour autant faire une croix sur le nucléaire, qualifié de« contributeur important » à la décarbonisation de l’Union.

 

Et la Commission d’encourager les investissements dans les projets de stockage du carbone. Idéalement, la technologie adéquate devrait être disponible en 2020 et largement répandue en 2030 de façon à ce que les dispositifs d’absorption du CO2déployés sur le Vieux Continent compensent l’impact environnemental des énergies fossiles. Les commissaires européens souhaitent en outre « une amélioration de la coopération afin de développer les conditions de concurrence équitable en matière de marché et de réglementation carbone ».

Ces dispositions sont essentielles aux yeux de la Commission européenne, qui a donc retrouvé la foi en la lutte contre le réchauffement climatique, mais ne conviennent pas au groupe Verts /ALE du Parlement européen, les écologistes dénonçant le conservatisme de Bruxelles sur la question du nucléaire. L’eurodéputéEELV et membre de la Commission chargée des questions énergétiques Yannick Jadot a ainsi jugé cette feuille de route « encore insuffisante pour véritablement mettre l’Europe sur la voie d’un avenir énergétique sûr et durable »« Prisonnier des carcans de la vieille économie […], le Commissaire européen chargé de l’Energie Günther Oettinger persévère dans le conservatisme énergétique et industriel et continue aveuglément de promouvoir l’énergie nucléaire », a t-il poursuivi. Le groupe parlementaire Verts/ALE souhaiterait en outre que les énergies renouvelables couvrent 45 % du mix énergétique européen en 2030 et non 30 % comme le souhaite la Commission. Ils auront toutefois bien du mal à obtenir gain de cause.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s