Rapport de la cour des Comptes: « le mythe du nucléaire pas cher s’effondre » , selon Eva Joly

La candidate écologiste à la présidentielle, Eva Joly, a salué mardi le rapport de la cour des comptes sur le coût du nucléaire, estimant qu’il donnait de « très solides arguments » pour la sortie du nucléaire, en faisant s’effondrer « un dernier mythe », celui d' »une énergie pas chère ». 

PARIS (AFP © 2012 ) – La candidate écologiste à la présidentielle, Eva Joly, a salué mardi le rapport de la cour des comptes sur le coût du nucléaire, estimant qu’il donnait de « très solides arguments » pour la sortie du nucléaire, en faisant s’effondrer « un dernier mythe », celui d' »une énergie pas chère ».

« Je salue ce rapport et l’effort de transparence qui est réalisé », a déclaré Mme Joly lors d’une conférence de presse, jugeant que la cour des comptes y « donne de très solides arguments » pour une sortie du nuclaire.

Selon la candidate d’Europe Ecologie-Les Verts, après le « mythe de l’indépendance énergétique » et celui « de la technologie sûre », avec ce rapport « c’est le mythe du nucléaire énergie pas chère qui s’effondre ».

Selon ce document, « lorsqu’on tient compte de l’ensemble des dépenses (…) le coût du mégawatt/heure » produit par le nucléaire se situe « entre 70 et 90 euros, un prix égal ou supérieur au prix des énergies renouvelables », a détaillé Mme Joly.

« Ce rapport nous apprend également que pour prolonger la durée de vie des centrales de 40 à 60 ans il va falloir investir 50 milliards, qui s’ajoutent aux 10 milliards nécessaires pour mettre les centrales aux normes Fukushima », ce qui fait « un montant global de 60 millards », a-t-elle aussi argumenté.

De surcroît, a-t-elle noté, « en investissant ces 60 milliards nous ne sommes pas sûrs que les centrales puissent continuer à fonctionner car aujourd’hui personne ne sait si les cuves (des centrales) qui sont construites pour 40 ans peuvent être prolongéeee jusqu’à 60 ans ». « Les cuves ne sont pas échangeables, on ne peut pas les réparer, c’est point le plus vulnérable et aujourd’hui deux de nos centrales ont des micro-fissures dans les cuves », a poursuivi la candidate.

Ce rapport souligne aussi « combien le coût du démantèlement est aléatoire », a-t-elle jugé.

« Il y aura un avant et un après rapport de la cour des comptes en matière nucléaire « , a pour sa part déclaré Denis Baupin, membre du comité stratégique d’EELV.

Pour lui, « l’enseignement le plus évident, c’est que cette stratégie énergétique de la France fonctionne à l’aveuglette: on ne sait rien sur le coût du démantèlement, sur la gestion des déchets, on sait très peu de choses en ce qui concerne les conséquences d’un accident nucléaire » et « sur ce qu’il faut faire pour mettre aux normes les centrales en matière de sécurité post-Fukushima ».

Avec ce rapport, on sait que « le nucléaire a mangé son pain blanc et que sa poursuite coûtera plus cher que ce qu’il a coûté jusque-là » et il faut donc organiser « un débat transparent, contradictoire » sur le choix entre la sortie ou la poursuite du nucléaire, a dit aussi M. Baupin.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s