l’industrie nucléaire en déclin

Bien avant cette catastrophe, l’industrie nucléaire dans le monde était déjà en déclin selon un nouveau rapport publié par le Worldwatch Institute. « L’industrie nucléaire était déjà sans doute en sursit. Dans l’écriture de l’histoire de l’industrie nucléaire, Fukushima est susceptible d’être son dernier chapitre. » a déclaré Mycle Schneider, consultant international sur les questions d’énergie et de politique nucléaire, auteur principal du nouveau rapport « The world nuclear industry status report 2010-2011 – Nuclear Power in a Post-Fukushima World 25 Years After the Chernobyl Accident ». Publié par polo le 27 Septembre 2011 à 15 44

En effet, le parc nucléaire est vieillissant et peu de nouvelles unités sont en construction : la moyenne d’âge des réacteurs nucléaires en fonctionnement dans le monde est de 26 ans. C’est pourquoi, certaines compagnies d’électricité nucléaire envisagent de prolonger la durée de vie de leurs réacteurs à 40 ans ou plus. Vu que l’âge moyen des 130 unités déjà fermées est d’environ 22 ans, doubler la durée de vie des réacteurs encore en fonctionnement reste un pari bien optimiste, surtout si l’on prend en compte la catastrophe nucléaire de Fukushima. Le gouvernement allemand a d’ailleurs pris la mesure du risque suite à cette catastrophe en prenant la décision de suspendre l’activité de tous les réacteurs de plus de 30 ans. 
Au 1er avril 2011, il y avait 437 réacteurs nucléaires en fonctionnement dans le monde, c’est sept de moins qu’en 2002. L’AIEA compte actuellement 64 réacteurs en construction dans 14 pays. Par comparaison, à l’apogée de la phase de croissance de l’industrie en 1979, il y avait 233 réacteurs en construction en même temps. Et, en 2008, pour la première fois dans l’histoire de l’énergie nucléaire, aucun nouveau réacteur n’a été démarré. Sept nouveaux réacteurs ont été ajoutés en 2009 et 2010, tandis que 11 ont été fermés durant cette période. Dans le premier trimestre 2011, deux nouveaux réacteurs ont été mis en service. 
En Europe, toujours au 1er avril 2011, 143 réacteurs étaient officiellement opérationnels, une baisse notable par rapport au maximum historique de 177 unités en 1989. Bien sûr, le nombre de réacteur n’est pas une indication suffisante et la production totale doit être prise en compte. Or, en 2009, les centrales nucléaires ont produit 2 558 térawattheures (TWh) d’électricité, c’est environ 2 % de moins que l’année précédente. En 2010, 16 des 30 pays producteurs d’énergie nucléaire ont maintenu la part de cette énergie dans leur production totale tandis que neuf l’ont diminué et 5 l’ont augmenté. 
Le rôle de l’énergie nucléaire dans la production d’énergie décline régulièrement et ne représente qu’environ 13 % de l’électricité produite dans le monde et 5,5 % de l’énergie primaire commercialisée. 
Depuis près de 15 ans, l’énergie nucléaire ne parvient plus à concurrencer le dynamisme insolent des énergies renouvelables. Aux Etats-Unis, la part des énergies renouvelables dans les ajouts de nouvelles capacités de production d’électricité est passé de 2 % en 2004 à 55 % en 2009, sans qu’aucun réacteur nucléaire ne soit construit sur cette période. En 2010, dans le monde, pour la première fois, la capacité de production électrique des énergies renouvelables a dépassé celle de l’énergie nucléaire : 381 gigawatts (GW) contre 375 GW pour le nucléaire. L’investissement total dans les énergies renouvelables, sur cette même année, a été estimé à 243 milliards de dollars. 
Afin d’évaluer le nombre de réacteurs qui devront être remplacés pour maintenir la production électrique actuelle, le rapport a établi un scénario où les centrales actuelles et en construction seraient maintenues en fonctionnement en moyenne pendant 40 ans. Il en ressort que 18 réacteurs supplémentaires devraient être achevés et mis en service avant 2015. Cela correspond à un raccordement tous les trois mois avec l’ajout de 191 unités supplémentaires (175 GW) au cours de la décennie suivante. Or, la réalisation de cet objectif est tout simplement impossible compte tenu des contraintes existantes sur la fabrication des composants d’un réacteur nucléaire, sans prendre en compte les conséquences de la catastrophe de Fukushima. Par conséquent, le nombre de réacteurs en exploitation diminuera au cours des prochaines années, sauf si la limite de 40 ans est davantage repoussée, un scénario de moins en moins probable vu la catastrophe de Fukushima. 
Quant aux nouvelles générations de réacteurs, le projet EPR en construction à Olkiluoto en Finlande, géré par le plus grand constructeur nucléaire au monde, Areva, a tourné au fiasco financier.
Le projet a déjà 4 ans de retard pour un coût total estimé à 5,7 milliards d’euros, soit 90% de plus que le budget initial !
Heureusement, les énergies renouvelables ont un très bel avenir devant elles.

 

▶ Répondre à cela

Publicités

Une réflexion sur “l’industrie nucléaire en déclin

  1. Malheureusement, tout cela est à nuancer.

    A ce jour, 436 réacteurs nucléaires sont en activité, pour une puissance totale de 370.120 MW.
    C’est évidemment moins qu’au 1er janvier 2011, avec 441 réacteurs et 375.200 MW, mais cela est dû à la suppression exceptionnelle de 11 réacteurs et 9.800 MW en 2011 pour les raisons que chacun connaît.

    Mais ensuite ? Lire : http://energeia.voila.net/nucle/nucle_service_2015.htm

     » Entre 2011 et 2015, 60 réacteurs nucléaires seront mis en service dans le monde, d’une capacité totale de 57.200 MW et pouvant produire 411 TWh d’électricité par an. »

    Heureusement, comme il est dit :
     » Pour la même période, une capacité totale de 254.400 MW pouvant produire 624 TWh par an sera installée en éolien et une capacité de 91.600 MW en solaire photovoltaïque pourra produire 96 TWh d’électricité par an.

    La production d’électricité d’origine éolienne sera ainsi équivalente à celle de 86 réacteurs nucléaires de 1.000 MW (taille moyenne des réacteurs en construction), celle d’origine solaire photovoltaïque équivalant celle de 13 de ces réacteurs nucléaires.  »

    Ce qui est confirmé ici :
    http://energeia.voila.net/electri/electri_compar_2015.htm

     » La capacité installée et la production annuelle d’électricité ajoutée de l’éolien et du solaire dépasseront celles du nucléaire chaque année de 2011 à 2015, dans le monde.  »

    Malgré un retard pris en 2011, ce sont plus de 18 réacteurs qui seront donc mis en service entre début 2011 et fin 2015. Si ce n’est pas 60 comme indiqué dans l’étude citée, ce sera sans doute une cinquantaine.

    Donc, se méfier d’une interprétation trop factuelle dans le sens qui fait plaisir. Cela contribue plutôt à démotiver les gens qui se disent qu’il n’est pas besoin de s’opposer au nucléaire puisqu’il disparaît tout seul.

    En deux mois depuis le début 2012, un vieux petit réacteur (217 MW) a été fermé en Grande-Bretagne, mais deux gros réacteurs tout neufs (2 x 960 MW) ont été mis en service en Corée du Sud.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s