Environnement : Gorbatchev veut faire juger les crimes écologiques

Mikhaïl Gorbatchev, désormais reconverti dans la défense de l’environnement, se déclare « très favorable » à la création d’un tribunal international chargé de juger les crimes écologiques, dans un entretien au Monde publié mardi. L’ancien président soviétique se prononce aussi pour une sortie progressive du nucléaire. France soir 13-03-2012

Mikhaïl Gorbatchev est favorable à la création d'un tribunal international chargé de juger les crimes écologiques

Mikhaïl Gorbatchev est favorable à la création d’un tribunal international chargé de juger les crimes écologiques SIPA

C’est un appel au monde entier. Comme un cri d’alarme. Mikhaïl Gorbatchev, le dernier dirigeant de l’Union soviétique, aujourd’hui à la tête de l’ONG environnementale Green Cross International, affirme être « très favorable » à la création d’un tribunal international chargé de juger les crimes écologiques. Le prix Nobel de la Paix en 1990, âgé de 81 ans, se déclare aussi pour une sortie progressive du nucléaire. Il a fait cette série de révélations ce mardi dans un entretien au Monde, après avoir participé lundi à Marseille à l’ouverture du Forum mondial de l’eau.

« Je serais personnellement très favorable à la création d’un tribunal international chargé de juger ceux qui sont coupables de crimes écologiques, aussi bien des chefs d’entreprise que des chefs d’Etat et de gouvernement », indique celui qui fût président de l’URSS de 1985 à 1991. En revanche, il se dit « pas opposé mais sceptique » à la proposition française de créer une organisation mondiale de l’environnement. Le président et fondateur, en 1993, de Green Cross International, une association de défense de l’environnement qui dispose d’un budget de 18 millions d’euros, estime en effet qu’une telle structure risquerait d’être une «nouvelle organisation bureaucratique » et de « freiner l’énergie de la société civile ».

« Un avant et un après Tchernobyl »

Le dernier président de l’Union soviétique a eu à gérer la catastrophe nucléaire de Tchernobyl en 1986. Et celle-ci l’a marqué à jamais. « J’ai vécu l’expérience de Tchernoby, qui tient une place énorme dans ma vie. Pour moi, il y a un avant et un après Tchernobyl » affirme-t-il. Un passé qui explique en grande partie sa position actuelle sur le nucléaire. Mikhaïl Gorbatchev prône « une sortie progressive du nucléaire militaire et civil ». Une réflexion qu’il justifie notamment par la catastrophe de Fukushima. « On aurait pu penser que, 25 ans après (Tchernobyl), le Japon, nation évoluée, confrontée au désastre de Fukushima s’en serait mieux sorti. Or les Japonais se débattent toujours aujourd’hui dans les difficultés », relève-t-il.

Voilà pourquoi il prend le parti de l’Allemagne, l’Italie ou encore la Suisse qui ont décidé de sortir du nucléaire. « Nous soutenons les pays qui ont opté pour le désarmement et pour la fin du nucléaire civil ». Avant toutefois de légèrement nuancer ses propos. « Nous avons évolué dans nos prises de position. Nous pouvons comprendre que pour certains pays comme la France qui ont peu d’autres ressources, la transition énergétique prenne plus de temps ». Mikhaïl Gorbatchev a pris la parole lundi durant le sixième Forum mondial de l’eau. Quelque 20.000 personnes y participent jusqu’au 17 mars à Marseille avec pour objectif de faire avancer l’accès universel à l’eau potable.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s