Suisse: le solaire a décollé, on ne reviendra pas en arrière

Ces jours ont lieu les journées du soleil. Président de Swissolar, Roger Nordmann relève la dynamique positive actuelle. Pour lui, les pro-nucléaires ne réussiront plus à bloquer l’essor du solaire. Par Pierre-François Besson . La Tribune de Genève 09 05 12

En Suisse, 13'000 projets photovoltaïques sont en attentes, indique Roger Nordmann.

En Suisse, 13’000 projets photovoltaïques sont en attentes, indique Roger Nordmann.
Image: Keystone

L’événement

Initiées par Swissolar, les journées du soleil ont lieu en Suisse du 4 au 13 mai. Au menu, le solaire sous toutes ses coutures, au fil de plus de deux cents événements, visites et conférences. 

Historiquement, en 2002, l’Autriche inaugurait sa journée du solaire. Dix ans plus tard, les journées européennes du solaire mobilisent plusieurs centaines de milliers d’Européens au niveau local dans seize pays. 

Le 10 mai est aussi prévue à Bruxelles une table ronde qui doit réunir politiciens et décideurs. Elle portera sur la suite à donner à l’intégration européenne en matière d’énergie solaire. 

D’ici 2020, l’UE vise une part de 20% d’énergies renouvelable dans son mix énergétique. Le solaire pourrait répondre à 12% de la demande en électricité et le solaire thermique à 3,6% de la demande de chaleur.

«Les gens disposant d’installations solaires sont tout contents de produire leur électricité ou de se chauffer eux-mêmes. Ils adorent participer à ce genre d’événement. La philosophie, c’est clairement le partage d’expérience», indique le conseiller national à propos des journées du soleil.

Pour Roger Nordmann, «il s’agit aussi de sensibiliser les investisseurs. Et les investisseurs, ce sont tous les gens qui ont le contrôle sur leur propre toit. 40% de la population habite dans son propre logement.»

«Et même si tout le monde n’a pas un toit à disposition, ajoute-t-il, il y a parfois un toit commun. Or, économiquement, c’est sur les immeubles à plusieurs appartements que le solaire thermique est le plus intéressant.»

Le public suisse est-il suffisamment conscient des enjeux énergétiques et de la place que peut prendre le solaire?

Roger Nordmann: Maintenant que le Conseil fédéral a lui-même reconnu que le solaire pouvait tout à fait à terme assurer 20% de l’électricité, la situation a beaucoup progressé. Quant au solaire pour le chauffage, il est déjà très répandu.

Mais les gens pensent souvent, à tort, que le solaire thermique doit se limiter à la production de l’eau chaude. En fait, le solaire thermique est plus intéressant économiquement et écologiquement s’il est planifié pour produire aussi la chaleur de chauffage. Notamment parce qu’il permet d’enclencher plus tard le reste du chauffage. Et de le déclencher plus tôt.

La Suisse en fait-elle assez dans le domaine du solaire?

Non. Mais tout est en chantier. On va maintenant débloquer le système de rachat à prix coutant. La concrétisation prendra un certain temps. 13’000 projets photovoltaïques sont en attentes. C’est énorme.

Du côté du solaire thermique, un des volets du programme d’assainissement des bâtiments porte sur le soutien aux énergies renouvelables. La quasi-totalité des cantons, avec un appui fédéral, vous octroient une subvention à la réalisation des installations de solaire thermique.

Il faut voir aussi que la rentabilité ne dépend pas seulement du coût de l’installation, mais aussi de celui des alternatives. Si le pétrole et le gaz continuent d’augmenter, la rentabilité augmente.

Un point est souvent oublié aussi: l’architecture solaire. Le fait, dans la construction et l’aménagement de la maison, de penser à utiliser le solaire passif, le solaire qui rayonne sur la maison. Exemple typique: faire une véranda d’un balcon peu utilisé. En hiver, elle captera la chaleur.

Où sont les grains de sable en Suisse?

Longtemps, les pro-nucléaires ont bloqué le développement du solaire. Ils essaient encore mais n’y arriveront plus après Fukushima. Ils avaient senti que le solaire serait un concurrent très méchant. Car après l’investissement initial, le soleil vous est livré gratuit à domicile.

Avec la baisse du prix des exploitations, on commence à voir des tarifs, pour les grosses installations, à vingt centimes le KWh. Des prix très concurrentiels, qui menacent les énergies sales. On n’y est pas encore, il y a encore besoin d’un soutien, mais la progression est très rapide. Les prix ont baissé de plus de moitié en quatre ans.

Face au solaire thermique, plus que des résistances, il y avait de l’ignorance. Et demeurent des facteurs pratiques. Autant le solaire photovoltaïque est simple, autant le thermique exige le recours à un professionnel formé pour le bon fonctionnement ensuite de l’installation. Swissolar certifie ces bons professionnels. Mais ils ne sont pas assez nombreux.

Qu’elle sera en Suisse la place du solaire dans une génération?

Nous sommes très clairs. Nous voulons 20% de courant solaire en 2025. Et en 2035, 20% de chaleur solaire dans le bâtiment. C’est tout à fait réaliste.

Articles en relation

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s