Nucléaire : les centrales de la région Sud-Est sont protégées ?!

À la suite des événements du Japon en 2011, l’Autorité de sûreté nucléaire a demandé aux exploitants de centrales nucléaires des évaluations complémentaires pour savoir quelles conséquences pourraient avoir des événements sismiques au-delà des prévisions. En vallée du Rhône, le risque sismique, dit « faible », a été pris en compte lors de la conception des centrales, avec des séismes de référence différents selon les lieux. Celle du Bugey (Ain) est dimensionnée pour résister à un séisme de magnitude 6 sur l’échelle de Richter, soit deux fois plus que le plus puissant séisme enregistré dans la région en un siècle (celui de Bugey-Chautagne en Savoie le 12 février 1822). La centrale de Saint-Alban (Isère) est configurée pour résister à un séisme de 5,5 ; celle de Cruas (Ardèche) de 5,2, celle du Tricastin (Drôme) de 5,5. Le risque sismique est réévalué à chaque visite décennale. Cinq millions d’euros viennent d’ailleurs d’être investis pour renforcer l’ossature métallique de la charpente de la salle des machines de la centrale du Tricastin. Le Progrès le 30/05/2012

Sismologie du Cotentin, L’EPR disqualifié

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s