MANCHE : l’agriculteur accusé d’avoir déboulonné la THT connaîtra le verdict le 21 août

Accusé d’avoir commis des voies de fait parce qu’il voulait empêcher la construction d’un pylône THT, le Manchois Michel Houssin attendra le 21 août pour connaître le verdict. Ouest France et La Manche Libre 19 juin 2012

Ce matin, près de 70 personnes étaient présentes devant le tribunal de Coutances.

MANCHE : l'agriculteur accusé d'avoir déboulonné la THT attendra le 21 août

TRIBUNAL DE COUTANCES (MANCHE)

L’audience collégiale du mardi 19 juin a vu arriver un public nombreux, composé notamment de militants de l’association “Marais sous tension”, dont le président, un agriculteur de Marchésieux âgé de 51 ans, était cité à comparaître.

Michel Houssin est à l’origine d’un rassemblement organisé le dimanche 18 mars dernier au pied d’un pylône de la ligne à très haute tension situé sur la commune de Saint-Martin d’Aubigny. Simple pique-nique au départ, cette réunion s’est conclue par le desserrage de quatorze boulons d’un pylône THT en construction, et l’intervention des gendarmes. Malgré l’opposition des autres manifestants, M. Houssin avait été interpellé (La Manche Libre du 24 mars 2012).

Désobéissance civile

“Je revendique notre action !”, lance-t-il à la barre du tribunal. Il la justifie en s’appuyant sur un arrêté municipal interdisant cette construction. Il dit également avoir agi, en tant que responsable syndical de la Confédération paysanne, s’opposant à la ligne THT, au nom de la santé publique.

Me Tannier, partie civile pour l’entreprise de construction de la ligne, reconnaît le droit de manifester, mais “dans la légalité”, et estime le délit d’opposition à un ouvrage d’utilité publique bel et bien constitué. Il réclame 3 300 € au titre des réparations du pylône, 1 800 € de dépenses annexes ainsi que les frais d’avocat.

Le procureur de la République, revenant sur l’accusation d’opposition par voies de fait à l’exécution de travaux d’utilité publique, confirme que les faits sont matériellement constitués et que le prévenu a préféré “utiliser des voies de fait plutôt que des voies de droit” pour engager son action. Il requiert à son encontre une peine de 3 000 euros d’amende, dont 2 000 euros avec sursis.

Avocat de Michel Houssin, Me Gervais Marie-Doutressoulle, également défenseur historique des anti-THT, voit dans les agissements reprochés à son client un simple acte de désobéissance civile, et estime que, s’il y a eu dégradations, elles ne relèvent que de contraventions. Il plaide la relaxe du prévenu, animé par la préoccupation de l’avenir de nos populations et de nos territoires, et demande le rejet des exigences de la partie civile, totalement infondées à ses yeux. 

L’affaire a été mise en délibéré au 21 août 2012.

Le jugement de Michel Houssin fut l’occasion de rappeler le combat mené par plusieurs associations anti-THT.

Il précède le week-end de résistance à la ligne THT du 22 au 24 juin prochain au Chefresne.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s