THT: La députée EELV du Calvados Isabelle Attard demande la mise en place d’une « médiation »

La députée EELV du Calvados Isabelle Attard demande la mise en place d’une « médiation » après une manifestation qui a mal tourné dimanche contre une ligne à très haute tension. France soir 25 06 201 2

Les manifestants s'opposent à la ligne à très haute tension Cotentin-Maine (illustration)

Les manifestants s’opposent à la ligne à très haute tension Cotentin-Maine (illustration) AFP/MYCHELE DANIAU

Dimanche, de vives échauffourées ont éclaté lors d’une manifestation contre la ligne à très haute tension (THT) Cotentin-Maine en Basse-Normandie, conduisant à des affrontements entre la police et les manifestants.

La députée EELV du Calvados Isabelle Attard a demandé lundi « une médiation » après cet événement. « Il y a une véritable urgence à la mise en place d’une médiation pour apaiser la situation et retrouver les conditions d’un dialogue démocratique respectueux des citoyens », a estimé la députée dans un communiqué.

Deux blessés graves

Les heurts se sont déroulés dimanche à Montabot (Manche), dans le bocage normand, aux abords d’un camp qui a rassemblé jusqu’à 300 manifestants selon la police, 600 selon les militants. Trois manifestants, «deux grièvement blessés à la tête et un atteint par des éclats de grenades sur l’ensemble du corps », étaient toujours hospitalisés lundi après-midi, selon un porte-parole du collectif anti-THT joint par l’AFP. Au total, 25 personnes ont été blessées, selon cette source. Un militant de 24 ans, placé en garde à vue dimanche, a par ailleurs été relâché lundi et placé sous contrôle judiciaire, a-t-on appris auprès de son avocat, Me Gervais Marie-Doutressoulle.

Selon la sous-préfète de Coutances Anne Frackowiak-Jacobs, dimanche, les forces de l’ordre avaient répondu « aux agressions des manifestants par des tirs de gaz lacrymogène et de flashball ». Quatre gendarmes avaient été légèrement blessés. La préfecture de la Manche n’a pas été en mesure lundi de fournir de nouvelles précisions.

« J’ai été choquée, comme les médecins présents sur le camp de Montabot, par l’utilisation de moyens de répression disproportionnés (grenades, flashball), par le nombre de blessés (dont deux personnes gravement atteintes à la tête) », a réagi lundi Mme Attard. « On observe un décalage sidérant entre la démarche ferme mais pacifique des habitants et des élus de la région, et la quantité de gendarmes déployés sur ce secteur de la Manche, faisant passer l’ensemble des militants anti-THT pour de dangereux terroristes. »

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s