Ces militants écologistes qui craignent de  » perdre leur âme  » au gouvernement

A Poitiers, les militants d’Europe Ecologie-Les Verts s’interrogent sur leur rôle dans la majorité Le Monde Raphaëlle Besse Desmoulins 25 août 2012

Des ministres écologistes au gouvernement, pour quoi faire ?  » La question était posée, jeudi 23 août, aux militants écologistes lors des Journées d’été d’Europe Ecologie-Les Verts (EELV), à Poitiers. En invités d’honneur, les écologistes de l’équipe Ayrault : Cécile Duflot, ministre du logement, et Pascal Canfin, ministre délégué au développement. Amphi bondé et succès garanti.

 » Dans aucun autre parti, on ne se demanderait : « l’UMP au gouvernement, pour quoi faire ? » « , a lancé Hervé Kempf, animateur du débat et chroniqueur au Monde, sous les rires du public. La plaisanterie a tourné court lorsqu’il a commencé à évoquer, sous les yeux ahuris des ministres, quelques-uns des sujets qui fâchent : départ de la ministre de l’environnement Nicole Bricq, mines d’uranium au Niger, aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) ou le débat sur le surgénérateur Astrid, réacteur nucléaire dit de 4e génération.
 » Il a attaqué très dur, reconnaît Christine, militante à Ferney-Voltaire (Ain). Mais je crois qu’il a relayé une partie de ce que beaucoup de militants pensent : est-ce qu’on ne va pas y perdre notre âme ?  » Pour cette jeune retraitée,  » ça a crevé l’abcès « .  » La réalité n’est pas blanche, pas noire, elle est complexe « , a répondu M. Canfin, pour qui la responsabilité des écologistes, c’est  » de verdir  » la politique dans leurs ministères respectifs. Un rôle que Mme Duflot a résumé d’une formule :  » Peser sur le réel.  »  » Elle a raison « , estime Christine, également élue municipale.  » Je le vois à mon niveau : tant qu’on n’est pas aux manettes, on peut donner des idées mais on ne décide de rien « , glisse-t-elle.
Au final, peu ont des regrets sur l’accord avec le PS qui leur a permis d’avoir ministres et groupe parlementaire, mais qui a aussi  » coûté très cher au parti en termes de crédibilité  » pour François, militant à Rezé (Loire-Atlantique).
 » Il faut prendre des risques « , avance Fabienne Roumet. Cette militante parisienne juge que  » l’écologie doit passer des accords  » :  » C’est une question de survie.  »  » Ça valait le coup, surtout quand on voit ce qu’a obtenu le Front de gauche « , souligne également Marie-Françoise, militante du Val-d’Oise qui, en revanche, n’était pas favorable à la participation gouvernementale.  » Le parti a perdu sa différence « , juge-t-elle.
Un avis partagé par Serge Rivet, militant parisien :  » Ce qui guette EELV, c’est la « PRGisation » du parti : se mouler dans les idées et le fonctionnement du PS.  » François, lui non plus, n’y était pas favorable, pourtant il s’est laissé séduire par le discours de Mme Duflot.  » Elle est vraiment très habile : elle nous a montré publiquement qu’elle est capable de convaincre « , juge-t-il.
Mais la confiance n’est pas encore tout à fait au rendez-vous avec les socialistes et l’épisode Nicole Bricq a laissé des traces.  » Ça a été dur à avaler « , déplore Fabienne Roumet. Et les dernières déclarations de Jean-Marc Ayrault sur le gaz de schiste, indiquant que le  » débat n’était pas tranché « , n’ont pas rassuré.  » S’ils reviennent dessus, c’est sûr qu’il y aura une rupture « , prévient Mme Roumet.  » Il faut savoir jusqu’où on accepte le désaccord, rebondit Christine. A partir du moment où les principaux désaccords ont été listés avant, on sait à quoi s’en tenir.  »  » La question qui est juste, c’est la question de la limite « , avait évoqué quelques minutes plus tôt Cécile Duflot, qui s’est taillé un franc succès en évoquant la  » muselière  » qui l’accompagne désormais.  » Lorsqu’on est secrétaire générale d’un parti, on porte un licol, on est bordé par le parti. Depuis trois mois, on m’a rajouté une muselière « , a-t-elle glissé sous les rires de la salle.
Un public qu’elle a cherché à rassurer en prenant soin de préciser qu’elle avait  » essayé de négocier une muselière qui laisse la possibilité de l’ouvrir de temps en temps « .
Si François comprend cette solidarité gouvernementale des ministres, hors de question pour lui qu’elle s’applique aux parlementaires.  » On ne veut pas voir des députés godillots, s’exclame-t-il. Si jamais ça posait un problème – avec le PS – , ça voudrait dire qu’on serait resté à une autre époque.  » Et d’évoquer la ratification du traité budgétaire, auquel il n’est pas favorable.  » Nos parlementaires sont tenus par l’accord programmatique, c’est tout, complète Fabrice Floch, militant à Pau. Il ne doit pas y avoir d’impact. « 
Tous attendent maintenant de voir ce que sera la conférence environnementale, prévue les 14 et 15 septembre.  » Là où nous devons mettre ensemble la pression, c’est sur ce point, a souligné Pascal Canfin. C’est clairement le moment où on va envoyer ou non des signaux. « 
Certains au sein du parti commencent aussi à s’impatienter et les critiques de Jean-Luc Mélenchon sur les  » 100 jours pour presque rien  » pourraient rencontrer un écho. Si les militants écolos acceptent de patienter, il ne faudrait pas que cela dure trop longtemps.  » Là, ça commence déjà à se déliter, juge ainsi Fabienne Roumet. Maintenant, le gouvernement a trois mois pour convaincre. « 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s