Nicolas Hulot:  » François Hollande doit siffler la fin de la récré « 

Pour Nicolas Hulot, la conférence environnementale des 14 et 15 septembre sera un moment de vérité. A quelques jours de la conférence environnementale des 14 et 15 septembre, qui réunira autour du gouvernement, ONG, syndicats, patronat et parlementaires, Nicolas Hulot craint que l’environnement soit une fois de plus sacrifié à la crise économique et sociale.Il appelle François Hollande à donner le cap de la transition écologique et à prendre en compte les propositions concrètes de la société civile. Le Monde 11 septembre 2012

Lors de son intervention télévisée, dimanche 9 septembre, François Hollande a surtout évoqué la crise économique. Pensez-vous que la nouvelle majorité a la volonté de mener à bien la transition écologique ?

La conférence environnementale des 14 et 15 septembre sera un moment de vérité qui permettra de juger si le gouvernement a une ambition à la hauteur des enjeux écologiques qui sont aujourd’hui les nôtres. Un moment de vérité pour la gauche.

Cela dit, le président de la République a tout de même dessiné quelques pistes lors de son entretien. A commencer par la fiscalité. Nous plaidons depuis longtemps pour que la fiscalité du travail se déplace vers deux autres assiettes. La première, écologique, concerne les prélèvements opérés sur les ressources naturelles ; la seconde vise à une meilleure prise en compte des revenus autres que le travail, ceux du capital, notamment.

Dimanche, François Hollande a ouvert ce débat. J’espère que nous allons vite y entrer de plain-pied. La fiscalité écologique ne peut pas être abordée par la seule création d’un impôt supplémentaire. Il est nécessaire de développer une vision d’ensemble afin de convaincre les Français, et notamment les classes moyennes et les plus défavorisées, qu’on ne chargera pas davantage leur barque.

Le président a également évoqué la question du rôle à venir des banques publiques d’investissement, l’une dédiée aux PME, l’autre aux collectivités territoriales. Mais reste à savoir si le gouvernement est bien décidé à faire de la transition énergétique et écologique l’axe prioritaire du développement économique de demain.
François Hollande n’a rien dit de tout cela lors de son intervention…

Beaucoup de choses restent à préciser, en effet. Va-t-on, une fois de plus, faire de l’écologie au prorata des scores électoraux ? Ou va-t-on se décider à mener le combat contre la crise environnementale qui peut nous aider à résoudre la crise sociale ?

Comment les fonds et les prêts des banques publiques d’investissement vont-ils être attribués ? Est-ce qu’on les affecte à une économie conventionnelle ? Ou est-ce qu’on impose à ces banques des critères écologiques pour tenir compte de la rareté des ressources et du changement climatique ?

Tout ne peut pas être fait en deux jours. La preuve en est que le Grenelle, qui s’est déroulé sur une période plus longue, est loin d’avoir tout réglé. Sauf que nous allons buter très vite sur les financements. La question de savoir si le gouvernement va décider la création d’une banque de la transition écologique sera fondamentale.

Je ne souhaite faire aucun procès d’intention avant la tenue de la conférence environnementale, mais, jusqu’à présent, il n’y a ni vision ni détermination. Il n’est pas exclu pour autant que François Hollande trace un horizon et, comme il l’a fait dimanche soir, un agenda et un calendrier.

En France, les enjeux écologiques ont quasiment disparu du débat en raison de la crise économique, des plans sociaux. Pour certains, ces questions sont même devenues un sujet d’ironie. C’est un retour en arrière très grave. Il faut donc commencer par réaffirmer l’importance cruciale de l’environnement. Et travailler ensuite sur le comment. Je vois trois étapes : qu’est-ce que la France peut faire tout de suite ? Qu’est-ce que la France peut faire toute seule pendant cinq ans ? Que peut-elle exiger au niveau européen et international ? Ces trois niveaux d’action sont nécessaires.
Mais ne faudrait-il pas d’abord commencer par mettre les ministres à l’unisson ?

J’avais proposé à François Hollande – cela n’a pas été suivi d’effet, pourtant il m’avait donné son accord de principe – de tenir un séminaire intergouvernemental pour qu’aucun ministre ne puisse douter des enjeux écologiques. J’ai compris, dimanche, en l’écoutant – mais cela m’avait déjà été précisé par ailleurs – qu’il allait siffler la fin de la récréation sur ces sujets. C’est une bonne chose.

Je peux comprendre qu’Arnaud Montebourg explique par opportunisme que les gaz de schiste sont une aubaine. Mais cette vision qui fait fi des conséquences sanitaires et environnementales de leur exploitation est d’un tel court terme que ça en devient désolant.

J’attends de lui qu’il devienne plutôt le ministre de la  » réindustrialisation verte « . J’attends que le président trace un cap pour l’ensemble de son équipe et il peut le faire d’autant plus facilement que nombre de travaux scientifiques récents montrent que nous sommes au bord d’un basculement planétaire. L’urgence est là.
Etes-vous sûr que François Hollande qui inaugurera vendredi la conférence environnementale va  » siffler la fin de la récréation  » ?
On se parle comme j’ai toujours parlé avec les présidents qui veulent bien dialoguer avec moi. J’espère beaucoup de son intervention de vendredi, de sa définition des responsabilités et de sa  » planification  » de la mutation écologique en France, mais aussi dans sa dimension européenne et internationale.
La conférence environnementale risque pourtant de déboucher sur de simples ouvertures de chantiers…
Il faut au moins espérer que le cap sera fixé. On peut sans attendre faire des choses concrètes : la limitation à 10 % de l’artificialisation des sols en France – nous sommes à 8,5 % aujourd’hui – ; la mise en place d’un moratoire sur l’utilisation des énergies fossiles non conventionnelles en attendant le débat à venir sur la transition énergétique… Afin de donner le signal qu’il y a une logique économique d’hier et une logique économique d’aujourd’hui, le gouvernement pourrait très bien décider, ce week-end, de ne pas donner suite au projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. C’est un dossier local mais il est très symbolique d’une planification du passé.

Concernant le nucléaire, je ne suis pas sûr que nous ayons le choix d’en sortir immédiatement. Commençons par travailler sur l’efficacité énergétique qui est le vrai gisement dont nous disposons pour limiter notre consommation, et au passage nos importations de pétrole et de gaz. Une fois ce chantier bien avancé, nous aurons une meilleure visibilité pour aborder sereinement le débat sur la place du nucléaire en France. Quoi qu’il en soit, le gouvernement pourrait d’ores et déjà proposer de lancer un audit économique sur la filière de l’EPR : je crois que beaucoup pourraient être surpris du résultat…

Un autre chantier important à ouvrir qui permettrait de faire entrer le long terme dans notre démocratie, concerne le Conseil économique, social et environnemental (CESE). Il faut donner à cette assemblée la capacité d’imposer la vision du long terme dans la démocratie avec un droit de veto suspensif – ce qui demande une révision constitutionnelle. Car de deux choses l’une : soit on conserve le CESE et on lui donne un poids politique. Soit on le ferme parce que c’est beaucoup de dépenses. Il y a énormément d’intelligence au CESE, mais qui reste lettre morte malheureusement.

Maintenant, je ne suis pas naïf. Je sais bien que ni François Hollande ni Jean-Marc Ayrault ne vont faire vendredi et samedi leur conversion à l’écologie qu’ils n’ont pas faite ces cinq dernières années. Mais qu’ils écoutent au moins la société civile. Nous ne sommes pas dans l’incantation. Nous avons travaillé sur le comment. Nous avons des modèles économiques, nous avons des plans de financement à leur proposer. Nous n’arrivons pas les mains dans les poches.

Vous heurtez-vous à des lobbyings puissants ?

Oh oui ! Sur les gaz de schiste, nous sommes cernés. Sur la filière nucléaire, c’est extraordinaire de voir comment le lobbying industriel s’efforce d’effacer de la mémoire collective les événements de Fukushima. C’est le pot de fer contre le pot de terre. Pour autant, ces gens-là ne sont puissants que parce que les hommes politiques sont faibles. Ce n’est pas une fatalité. Et il faut que la science nous aide.

A ce propos, je pense qu’il serait important de modifier en profondeur l’Académie des sciences, en France. Sur les sujets écologiques, cette institution s’est montrée pour le moins sceptique et réactionnaire. Les sciences humaines et sociales et la biodiversité doivent y faire leur entrée afin que le pouvoir exécutif et le pouvoir législatif puissent s’appuyer sur une autorité plus en harmonie avec la réalité scientifique d’aujourd’hui.

Propos recueillis par Marie-Béatrice Baudet et Laurence Caramel

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s