Les effets des radionucléides sur le comportement animal.

Rev Environ Contam Toxicol. 2011;210:35-58.
Gagnaire B, Adam-Guillermin C, Bouron A, Lestaevel P.
Laboratoire de Radioécologie et d’Ecotoxicologie, IRSN, Centre de Cadarache, Bat 186, 13115, Saint-Paul-Lez-
Durance Cedex, France. beatrice.gagnaire@irsn.fr

Résumé
Parallèlement à l’expansion de l’industrie nucléaire, la concentration de plusieurs polluants, radioactifs ou non, y compris l’uranium, le césium, le cadmium et le cobalt, a augmenté au cours des dernières décennies. Ces éléments polluants existent dans l’environnement et constituent une menace pour de nombreux organismes. Le comportement représente l’intégration de tous les processus d’adaptation
anatomiques et physiologiques qui se produisent dans un organisme. Par rapport à d’autres paramètres biologiques, les effets des polluants sur le comportement animal ont été l’objet de quelques études seulement. Cependant, les changements de comportement semblent être idéaux pour évaluer les effets des polluants sur les populations animales, parce que le comportement relie les fonctions physiologiques aux
processus écologiques. L’altération des réponses comportementales peut avoir de graves implications pour la
survie des individus et de la population de certaines espèces. Des perturbations comportementales peuvent découler de plusieurs mécanismes sous-jacents: perturbation de l’activité neuro-sensorielle et des glandes endocrines, ou perturbations des mécanismes oxydatifs et métaboliques.
Dans cette revue, nous avons présenté un aperçu de la littérature actuelle, dans lequel sont pris en compte les effets des polluants radioactifs sur le comportement chez les humains, les rongeurs, les poissons et les espèces sauvages. Lorsque c’était possible, nous avons également indiqué les mécanismes sous-jacents potentiels des modifications des comportements et les paramètres mesurés.

La contamination chronique à l’uranium est associée à des altérations du comportement et troubles mentaux chez l’homme, et des déficits cognitifs chez les rats. Des études comparatives sur les effets de l’uranium appauvri et enrichi chez les rats ont montré que les activités chimiques et radiologiques de ce métal induisent des effets négatifs sur plusieurs paramètres comportementaux et produisent également un stress oxydant sur le cerveau. L’exposition à l’uranium modifie également le comportement alimentaire des bivalves et le comportement de reproduction des poissons. Les études des effets de l’accident de Tchernobyl montrent que l’irradiation chronique par le 137Cs induit des maladies du système nerveux et des troubles mentaux chez les humains conduisant à une augmentation des suicides, ainsi que la modification des sites de nidification préférés, une baisse du succès de la couvaison et de la fécondité chez les oiseaux qui vivent dans la zone de Tchernobyl.

Aucun effet significatif de l’exposition au césium n’a été montré dans des expériences de laboratoire avec des rats, mais peu d’études ont été menées. Les données sur le cadmium radioactif ne sont pas disponibles dans la littérature, mais les effets de sa forme métallique ont été bien étudiés. Le cadmium provoque un retard mental et des altérations psychomotrices dans les populations exposées et augmente l’anxiété chez les rats, conduisant à la dépression. 

L’exposition au cadmium se traduit également par des effets bien documentés sur l’alimentation et le creusement des terriers chez plusieurs espèces d’invertébrés (crustacés, gastéropodes, les annélides, bivalves) et sur différents types de comportement des poissons (activité de nage, fast-start réponse , comportement antiprédateur).

Le cobalt induit un déficit de mémoire chez les humains et peut être impliqué dans la maladie d’Alzheimer; l’irradiation gamma par le cobalt diminue également la fécondité et modifie le comportement de reproduction chez les insectes.

Collectivement, les données font défaut ou sont maigres sur les radionucléides polluants, et une meilleure connaissance de leurs actions sur les mécanismes cellulaires et moléculaires qui contrôlent le comportement des animaux est nécessaire.

http://radionucleide.free.fr/Radionucleides_comportement.pdf

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s