Ligne à très haute tension de l’EPR: la résistance d’irréductibles éleveurs

Le Chefresne (Manche) – Du haut de leurs tracteurs et à l’aide de recours juridiques, d’irréductibles agriculteurs normands se battent contre la ligne à très haute tension (THT) en construction dans le bocage manchois et dénoncent le mépris d’EDF qu’ils viennent de faire condamner. AFP 18 09 2012 

Je ne suis pas violent, même si je peux l’être verbalement. Je suis le petit paysan du fond de la campagne qui a gagné contre le mastodonte RTE, la filiale de l’opérateur visée, confie Yves Larsonneur, 52 ans, éleveur au Chefresne.

Héros, invincible gaulois, pot de terre contre le pot de fer selon ses pairs, l’agriculteur a fait condamner RTE à arrêter les travaux dans ses champs. Le juge des référés de Coutances a estimé la semaine dernière que l’entreprise était entrée illégalement chez lui pour y construire deux pylônes.

Une victoire pour cet éleveur sûr que sa ferme sera invendable lorsque la ligne à 400.000 volts passera au dessus de ses vaches, mais aussi pour tous les opposants à cette ligne de 163 km liée au projet d’EPR à Flamanville (Manche).

Selon RTE, environ 5% des 1.343 propriétaires concernés par la THT ont refusé de signer une convention amiable avec l’entreprise, qui souligne que c’est le premier procès qu’elle perd sur 75 intentés.

La THT, déclarée d’utilité publique, est vivement contestée par les anti-nucléaires et des élus locaux inquiets des risques que ces lignes sont soupçonnées de faire peser sur la santé humaine et sur celle des animaux, dans cet important département laitier, déjà traversé par une THT.

La mobilisation marque cependant le pas chez les élus, qui ne sont plus qu’une poignée à se battre encore, contre 35 au départ. Leur leader, l’ancien maire du Chefresne, est parti en Bolivie après avoir démissionné à la suite d’une garde à vue.

Une machine à broyer

Mais les agriculteurs sont plus que jamais mobilisés et les opposants à la nouvelle THT peuvent de plus en plus compter sur le soutien -et les témoignages- de leurs confrères concernés par la ligne déjà existante.

On n’est pas anti-THT. On se bat pour notre outil de travail, explique Martine Leroy, 53 ans, une frêle exploitante voisine de M. Larsonneur, qui estime ridicules les dédommagements proposés par RTE.

Les éleveurs affirment n’avoir suivi que de loin les heurts qui, le 24 juin, ont fait trois blessés graves chez les manifestants et deux légers côté gendarmes. C’était à Montabot, commune jouxtant le Chefresne.

Mais ils n’en sont pas moins en guerre avec RTE. Le 31 juillet, lorsque l’entreprise est arrivée chez lui, Yves Larsonneur a passé dix heures en garde à vue après une interpellation musclée. Et on est censé être en démocratie. Si j’avais été chez Poutine, je serais mort!, lâche le paysan.

Sa compagne s’est vu de son côté prescrire 21 jours d’interdiction temporaire de travail après avoir été renversée par une grue du chantier en août.

Sur leur exploitation, la tension est palpable. Les deux pylônes sont entourés de grillage et gardés par des vigiles peu accueillants. Les agriculteurs admettent se moquer d’eux de temps à autre avec leur tonne à lisier, notre seule arme, selon une éleveuse.

Ils racontent avoir chassé de chez eux des individus soupçonnés de prendre des mesures discrètement, avoir vu débarquer des dizaines de gendarmes armés jusqu’aux dents accompagnant RTE pour les relevés topographiques officiels. Ils parlent de contrôles d’identité parfois matin et soir, de fouilles de voitures, d’hélicoptères.

C’est une machine à broyer qu’on a en face, pense Mme Leroy, Mais les gens commencent à parler.

(©AFP / 18 septembre 2012 12h41) 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s