Japon: mutation des plantes, lapins, papillons

Spectacle affligeant que ce crime contre les espèces vivantes: plantes, animaux et bientôt les humains.

Stop  nucléaire,  maintenant !

Plantes mutantes

http://fukushima-diary.com/2011/10/news-do-you-still-ignore-the-fact/#.TpGIW5-0UZI.facebook

http://fukushima-diary.com/2011/11/seasonal-cycle-of-plants-is-broken/?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+FukushimaDiary+%28Fukushima+Diary%29

Roses du Japon

http://fukushima-diary.com/2011/10/deformed-rose/#.Tq0qfbmBwTo.facebook

Un lapin mutant

http://www.japonation.com/insolite/insolite-le-lapin-sans-oreille-seme-la-terreur-au-japon-10859

Posted by Mochizuki on July 17th, 2012

Deformed plants are found in a contaminated area of Southern Ibaraki.

Deformed plants in South Ibaraki

↓ Double-headed corn. [Link]

Deformed plants in South Ibaraki

↓ cf. Tokyo metropolitan Government Office building

Metropolitan Government Office building

【茨城南部、高濃度汚染地帯の奇形植物】まずは、普通のビロードモウズイカtwitter.com/KazenoChisoku/…

— 知足さん (@KazenoChisoku) 7月 16, 2012

Deformed plants in South Ibaraki3

<Translate>

[Southern Ibaraki, deformed plant in highly contaminated area] First of all, the normal mullein.

<End>

【茨城南部、高濃度汚染地帯の奇形植物】その隣に近傍に生えていた、花序の先端が二つに割れてハート形になったビロードモウズイカ twitter.com/KazenoChisoku/…

— 知足さん (@KazenoChisoku) 7月 16, 2012

deformed plants south ibaraki

<Translate>

[Southern Ibaraki, deformed plant in highly contaminated area] Beside the normal mullein, a deformed mullein with double-headed flower looking like a heart mark.

<End>

【茨城南部、高濃度汚染地帯の奇形植物】その隣に近傍に生えていた、花序の先端が分岐したビロードモウズイカ twitter.com/KazenoChisoku/…

— 知足さん (@KazenoChisoku) 7月 16, 2012

Deformed plants in South Ibaraki6

<Translate>

Beside the deformed one, another deformed one with separated top of the flower.

<End>

茨城南部汚染地帯。春先モンシロチョウを一回しか見なかった(外に出なかったから?)。サクランボが毎年罹病する灰星病もなかった。今の所アマガエルもあまり見てないなー。ツバメも見なかった。みんなどこへ行っちゃたの?玄関先のタンポポは変だし…twitter.com/KazenoChisoku/…

— 知足さん (@KazenoChisoku) 6月 1, 2012

Deformed plants in South Ibaraki7

<Translate>

I saw cabbage butterfly only once this Spring (Because I didn’t go out so often ?), no brown rot that cherries have every year. have hardly seen a tree frog either. haven’t seen a swallow. Where did they go ? The dandelion beside the porch looks strange too..

<End>

と言われても…。我々東日本の国民はこんな環境で生活しているってことですね。北の丸公園(皇居の北側)ではこんな双頭のタンポポも  @watarihoukou なにこのシュールな写真。。。twitter.com/KazenoChisoku/…

— 知足さん (@KazenoChisoku) 7月 16, 2012

Deformed plants in South Ibaraki8

<Translate>

[Tokyo] We live in such a circumstance of eastern Japan. In Kitanomaru park (North of imperial palace), double-headed dandelion was also found.

Un cerisier à fleurs fleurit à Tokyo : C’est pourtant toujours l’automne.

Le 10 octobre 2012, un cerisier à fleurs (Prunus yedoensis) a fleuri au temple d’Asakusa shrine, Taito ku Tokyo.

Les cerisiers à fleurs fleurissent au printemps. le tronc de ce cerisier fait plus d’un mètre de diamètre. Son âge n’est pas connu.

Les gens du lieu saint disent que c’est la première fois qu’ils voient un cerisier à fleurs fleurir en automne.

Un cerisier à fleurs fleurit à Tokyo : C'est pourtant toujours l'automne

Source

Des papillons mutants autour de Fukushima

LE MONDE   17.08.2012 Par Philippe Pons (Tokyo, correspondant)

Ailes atrophiées, courbées ou en surnombre. Antennes difformes. Yeux bosselés. Couleur altérée. Eclosions avortées. Infertilité… C’est un très inquiétant tableau clinique de papillons de la région de Fukushima, au Japon, que dressent, dans une étude publiée dans Scientific Reports, journal en ligne diffusé par l’éditeur de la revue Nature, des chercheurs japonais de l’Université des Ryukyu (Okinawa).

Ceux-ci ont collecté en mai 2011 (deux mois après la catastrophe de la centrale nucléaire de Fukushima), 144 petits papillons bleus adultes de la famille des lycénidés, de l’espèce Zizeeria maha. Les prélèvements ont été effectués dans une dizaine de localités (Shiroishi, Fukushima, Motomiya, Koriyama, Hirono, Iwaki, Takahagi, Mito, Tsukaba et Tokyo), jusqu’à plus de 200 km de distance de la centrale accidentée. Soit bien au-delà de la zone circulaire d’exclusion de 20 km, d’où 80 000 personnes avaient été évacuées.

Chez 12 % de ces papillons, les chercheurs ont observé des malformations, notamment des ailes, des yeux et des antennes leur servant à explorer leur environnement. Ils ont ensuite élevé ces insectes en laboratoire à des fins de reproduction. A la génération suivante, des anomalies similaires ont été relevées sur 18 % des papillons. Et, à la troisième génération, sur 33,5 % des lépidoptères.

En septembre, six mois après l’accident nucléaire, ils ont capturé à nouveau 238 papillons. Cette fois, le taux de malformation s’élevait à 28 %. Pour grimper, à la génération suivante, à 52 %.

Les auteurs en concluent que la radioactivité libérée par la centrale sinistrée « a causé des dommages physiologiques et génétiques » aux insectes.

EXPÉRIENCE-TEST SUR D’AUTRES PAPILLONS

« Les effets biologiques des radiations sur les organismes vivants pourraient entraîner des transformations de l’écosystème et causer des maladies chroniques », précise l’étude. Le cas du papillon bleu pourrait être un indice. On trouve en effet cette espèce à travers tout l’Archipel – en japonais il porte d’ailleurs le nom de Yamato shijimi, soit « papillon du Yamato », Yamato étant le nom du premier royaume japonais –, ce qui permet des comparaisons.

En outre, la couleur de ses ailes est très sensible aux changements de l’environnement, par exemple au réchauffement climatique. En ce sens, l’examen des papillons attrapés en mai 2011 dans une dizaine d’endroits au Japon et de ceux provenant de localités aux alentours de la centrale est révélateur, fait valoir Joji Otaki, chercheur en sciences naturelles de l’Université Ryukyu, qui a dirigé cette recherche.

Pour en avoir le cœur net, l’équipe de Joji Otaki a réalisé une expérience-test sur des papillons provenant d’autres régions (et donc sans risque d’avoir été irradiés), qu’ils ont exposés en laboratoire à de faibles doses de radioactivité. Ils ont constaté que les insectes présentaient des mêmes anomalies que les papillons de la première génération de la région de Fukushima.

Les papillons capturés en mai 2011 à Fukushima ont été exposés aux radiations alors qu’ils étaient encore sous forme de larves. Mais, s’agissant des générations suivantes, les malformations observées pourraient avoir été transmises génétiquement, avancent les chercheurs. Ils estiment aussi qu’à l’exposition directe aux radioéléments relâchés par la centrale sinistrée, s’est ajoutée la contamination par l’ingestion de feuilles.

« EXPOSITION AUX RADIATIONS »

Interrogé par Le Monde, M. Otaki reste toutefois prudent dans l’établissement d’une corrélation entre les malformations observées sur les papillons de Fukushima et l’accident à la centrale. « Les déformations que j’ai observées dans le passé étaient de nature différente de celles présentées par les papillons provenant de Fukushima, explique-t-il. En science, on ne peut jamais être sûr à cent pour cent, mais je n’avais jamais observé auparavant de déformations comme celles que j’ai constatées sur les ailes des papillons de Fukushima. »

Il ajoute : « Sans tirer des conclusions hâtives, il convient d’être attentif aux mutations morphologiques observées. Une corrélation entre ces phénomènes et la proximité de la centrale n’est pas certaine mais elle n’est pas impossible. Ce qui est clair, c’est que les gènes des papillons de Fukushima ont été affectés. Mais il faut étendre notre recherche à d’autres espèces. » Le chercheur envisage donc de poursuivre ses investigations sur d’autres insectes et de petits animaux de la région de Fukushima.

« Cette étude est importante en raison de ses implications pour les communautés biologiques de la région de Fukushima et pour les êtres humains », estime le biologiste américain Tim Mousseau, de l’Université de Caroline du Sud. Selon le chercheur qui étudie l’effet des radiations sur la faune et la flore à Tchernobyl et à Fukushima, « ces anomalies morphologiques ne peuvent s’expliquer que par l’exposition aux radiations ».

Pour l’instant, personne n’est officiellement décédé en raison des radiations à la suite de l’accident de Fukushima. Mais nombre d’experts (médecins et biologistes) font cependant valoir que les effets d’irradiation n’apparaissent pas immédiatement, comme ce fut le cas des victimes des bombardements atomiques d’Hiroshima et de Nagasaki qui, au lendemain de ces attaques, ne présentaient en apparence aucun symptôme particulier. C’est ce que redoutent les 80 000 habitants de la région qui ont été évacués, ainsi que les ouvriers qui interviennent sur le site de la centrale accidentée.

Philippe Pons (Tokyo, correspondant)

[Tchernobyl] Chez les hirondelles d’Ukraine aussi la proportion de mutations albinos a grimpé à 15 %

Le Fukushima Diary a signalé des observations d’animaux albinos. Posted by Mochizuki on October 19th, 2012

L’étude “Tchernobyl: Conséquences de la Catastrophe pour les gens et l’Environnement” a mentionné les mutations liées à Tchernobyl. (par Alexey V.YABLOKOV, Vassily B. NESTERENKO, Alexey V. NESTERENKO, mutation albinos mentionnée)

Ce livre a été publié en 2009 par les ANNALS OF THE NEW YORK ACADEMY OF SCIENCES.

P.265 ~

[Rapport de Yablokov sur Tchernobyl] l'albinisme est monté en flèche en Ukraine10.3. Changements Génétiques

17. Les populations d’hirondelles d’écurie (Hirundo rustica) nées dans la région ukrainienne de Tchernobyl après la catastrophe présentent un taux de mutation albinos significativement plus important (jusqu’à 15 %) (Figure 10.6). Le taux des mutations dégénératives observé sur les populations de Tchernobyl est significativement supérieur à celui de populations-témoin prises en Ukraine, Italie, Espagne et Danemark (Møller & Mousseau, 2001; Møller et al., 2007).

Le Fukushima Diary a signalé des individus albinos :

[Rapport de Yablokov sur Tchernobyl] l'albinisme est monté en flèche en Ukraine 2Un moineau à ailes blanches à Chiba

[Rapport de Yablokov sur Tchernobyl] l'albinisme est monté en flèche en Ukraine 3Une hirondelle albinos observée à Gunma, à 227 km de Fukushima

[Rapport de Yablokov sur Tchernobyl] l'albinisme est monté en flèche en Ukraine 4Un sanglier blanc dans la préfecture de Saga, “1 sur 100 000 sangliers”[Rapport de Yablokov sur Tchernobyl] l'albinisme est monté en flèche en Ukraine 5Une hirondelle blanche vue à Nagasaki

[Rapport de Yablokov sur Tchernobyl] l'albinisme est monté en flèche en Ukraine 6Une hirondelle blanche à Tokyo aussi

[Rapport de Yablokov sur Tchernobyl] l'albinisme est monté en flèche en Ukraine 7De Une variété blanche d’amaryllis à Ehime

[Rapport de Yablokov sur Tchernobyl] l'albinisme est monté en flèche en Ukraine 8Un blaireau albinos observé à Fukui

[Rapport de Yablokov sur Tchernobyl] l'albinisme est monté en flèche en Ukraine 9Un moineau blanc vu dans Gunma

[Rapport de Yablokov sur Tchernobyl] l'albinisme est monté en flèche en Ukraine 10Encore de l’albinos : Un gros crabe royal du Kamtchatka tout blanc pêché à HokkaidoSource

Une réflexion sur “Japon: mutation des plantes, lapins, papillons

  1. Pingback: Japon: mutation des plantes, lapins, papillons | Environnement et Catastrophes "Autrement" | Scoop.it

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s