Alerte des experts contre une nouvelle catastrophe à Fukushima 25.06.2012

Publiée le 29 juin 2012 par kna60
Interview par Marc Willacy d’ABC Australie sur les dangers de la piscine de combustible n°4 de Fukushima.
Les personnes interrogées sont :
– Pr. Hiroaki Koide, expert en réacteurs nucléaires de l’université de Kyoto.
– Robert Alvarez, conseiller en politique énergétique aux Etats-Unis
– Yoshimi Hitosugi, porte-parole de TEPCO
– Tomohiko Suzuki, journaliste et travailleur clandestin à la centrale de Fukushima.
– Misuhei Murata, ancien embassadeur du Japon en Suisse.

Vidéo et transcription originales :
http://www.abc.net.au/7.30/content/2012/s3532725.htm
Traduction & sous-titrage par kna60.

Publicités

Fukushima mai 2012: le point avec Arnie Gundersen

Dans le cadre d’une présentation dans le Kansai au Japon le 12 mai 2012, Maggie et Arnie Gundersen de Fairewinds Energy Education ont répondu aux questions spécifiques posées par les organisateurs du colloque sur l’état de la piscine de combustible usé de l’unité 4 de Fukushima Daiichi.
Fairewinds analyse l’explosion à l’unité 3 de Fukushima Daiichi.
En outre, Arnie discute de quel peut être l’avenir du Japon s’il choisit une voie sans énergie nucléaire.

Vidéo et transcripts originaux en Anglais : http://fairewinds.com/content/fukushima-daiichi-truth-and-future
Traduction & sous-titrage Fr par Kna, avec l’autorisation de Fairewinds Energy Education.

Iwate (Japon) 119 personnes sur 132 présentent du césium radioactif dans l’urine

Iwate a mené une enquête d’échantillonnage de substances radioactives dans l’urine à Ichinoseki ville et Oshu ville. Fukushima Diary ( Eng trad) 30 04 2012. Les résultats publiés le 3/2/2012 du césium ont été mesurés sur 119 des 132 personnes soit  (90,1%). La lecture la plus élevée était de 6 Bq / L.

Le 16/04/2012, le président de l’association d’Iwate, des obstétriciens et gynécologues, Kobayashi ont envoyé des questions publiques à Tasso, Iwate gouverneur.

1. À propos de l’évaluation des résultats de l’enquête d’urine.

1. Est-ce le procès-verbal de réunion de la commission d’évaluer divulgués? Si non, nous exigeons de connaître la raison.

2. Les membres du comité des experts de l’exposition interne? Où et comment ont-ils été choisis et pourquoi les représentants des citoyens n’ont pas été ajoutés aux membres?

2. À propos de traitements pour assurer le suivi du résultat.

1. Y at-il calendrier pour mener des recherches sur le régime alimentaire des enfants à qui ils mesurés césium à partir de l’urine de et sur leurs symptômes? Si non, nous exigeons de connaître la raison.

2. Nous pensons que nous allons continuer à mener des analyses d’urine des enfants et l’inspection de la santé à partir de maintenant. Quel est le point de vue la préfecture d’Iwate?

3. Certains de ces enfants doit avoir pris l’iode radioactif pour la thyroïde chez les Iwate ainsi. Nous pensons que nous allons mener des recherches et évaluer les résultats pour faire face aux préoccupations des citoyens. Quel est le point de vue d’Iwate?

3. Des questions professionnelles au sujet de cette analyse d’urine

1. Comment avez-vous estimer le demi-vie biologique du césium? si elle diffère de l’âge, s’il vous plaît de nous montrer des exemples.

2. Avez-vous estimer le montant total de césium contenu dans le corps de ce résultat? Si oui, s’il vous plaît nous donner la raison pour laquelle elle n’est pas publiée.

3. S’il vous plaît nous dire combien de L par le césium dans l’urine correspond à « 1 mSv / h » ou 100mSv/Life sur l’hypothèse que 40 kg d’un enfant prend en continu de césium pendant 365 jours après l’accident de Fukushima / urine = 1L / j.

4. S’il vous plaît nous donner le dépositaire et la dose efficace sur la même hypothèse que ci-dessus (365 jours plus tard et 730 jours plus tard.)

S’il vous plaît nous donner des réponses documentées pour ces questions ci-dessus par 16.5.2012. Nous allons dévoiler le contenu de la réponse aux médias !! 

A lire sur Fukushima Diary:

http://fukushima-diary.com/2012/04/119-of-132-people-positive-from-sampling-survey-of-radioactive-substances-in-urine-in-iwate/#.T52swZsZvYg.facebook

Fukushima: Les cas d’arrêts cardiaques ont doublé après le 11 mars 2011

Le Césium est connu pour causer arrêt cardiaque et infarctus du myocarde.

Le professeur  Kitagawa de l’Université du Tohoku a analysé 120.000 cas d’arrêt cardiaque à Miyagi de Février à Juin en 2008, 2009, 2010 et 2011.

En conséquence, de 2008 à 2010, 28 personnes ont été hospitalisées chaque semaine pour un arrêt cardiaque à la moyenne, mais il a noté  60 cas par semaine en Avril  2011.
En outre, l’infarctus du myocarde l’apoplexie ont augmenté aussi .

Après une catastrophe majeure, les augmentations des maladies circulatoires, cependant, les  arrêts cardiaques ont  exceptionnellement augmenté après 11 mars 

Posté par Mochizuki le 16 Mars, 2012 · 

Le consommateur japonais mange la peur au ventre, avec Fukushima en tête

Pour les consommateurs japonais, la sécurité alimentaire était un acquis… jusqu’à l’accident nucléaire de Fukushima. Aujourd’hui, beaucoup ont perdu confiance dans les affirmations des autorités, craignant une contamination radioactive. TOKYO (AFP) – 01.03.2012 

Pour les consommateurs japonais, la sécurité alimentaire était un acquis… jusqu’à l’accident nucléaire de Fukushima. Aujourd’hui, beaucoup ont perdu confiance dans les affirmations des autorités, craignant une contamination radioactive.

La fusion du combustible dans trois réacteurs de la centrale Fukushima Daiichi mise en péril par le tsunami du 11 mars 2011 a dispersé des particules de césium et autres éléments radioactifs dans les airs et eaux alentours, qui se sont fixés sur les cultures ou ont été ingurgités par les animaux et poissons.

A la suite de l’accident, les limites légales de teneur en césium radioactif dans les aliments ont été relevées de façon provisoire (à 500 becquerels de césium par kilogramme), comme le prévoient des procédures internationales d’urgence: des produits qui auraient été jetés auparavant ont été temporairement autorisés à la vente.

Cette disposition exceptionnelle sera levée le 1er avril, pour revenir à une situation normale (100 becquerels de césium radioactif par kilogramme).

Entre-temps cependant, divers problèmes ont rendu les citoyens très méfiants.

Présentant des niveaux de radioactivité supérieurs à la limite provisoire fixée par les autorités, divers produits de la préfecture de Fukushima ont été interdits à la vente, dont de la viande bovine, du lait, des champignons et certains légumes verts.

Mais le riz cultivé dans cette région avait d’abord été déclaré consommable, avant que des tests complémentaires ne révèlent une contamination excessive de nombreux lots finalement interdits.

Des cas de fraude (changement intentionnel d’origine affichée sur les paquets provenant de Fukushima) ont amplifié la défiance.

Les consommateurs ne sont pas convaincus par les mesures de sécurité et se sont détournés de tout aliment issu des alentours de la région polluée.

Tolérance zéro Miwa Yokono aimerait bien nourrir son fils d’un an avec des produits pêchés localement, mais doute de leur innocuité.

« Il adore le poisson, mais je crains hélas que la contamination ne s’accumule au fur et à mesure de la chaîne alimentaire », explique-t-elle.

Le relèvement temporaire des limites légales a de surcroît nourri le soupçon que le gouvernement s’intéressait davantage aux producteurs qu’aux citoyens, note Hiroaki Koide, professeur à l’Université de Kyoto.

« La limite fixée était trop haute. Le gouvernement l’a décidée par commodité, plutôt que pour protéger les gens », estime-t-il.

Malgré le retour prochain à un plafond plus sévère et acceptable par l’opinion, la production de Fukushima restera entachée de doute, relève Takashi Sato, représentant des coopératives agricoles de cette préfecture du nord-est.

« Les gens ne font pas confiance au système de contrôle du gouvernement. Nous aimerions qu’il convainque le public que les nouvelles limites garantissent la sécurité », insiste-t-il.

Selon Kunio Shiraishi, expert en radiation, le dispositif actuel d’inspection n’est pas de nature à rassurer le public. Il faudrait, selon lui, une couverture plus large, même si cela n’est pas chose aisée, notamment pour les produits de la mer.

Au-delà du Japon, le manque de confiance dans les secteurs agricole et halieutique nippons est ressenti à l’étranger.

Les exportations d’aliments japonais – auparavant prisés des voisins asiatiques pour leur qualité et leur sécurité – ont diminué de 7,4% en 2011 par rapport au niveau de 2010, et celles de produits de la mer ont chuté de 10,9%.

Huit pays, dont la Chine et la Corée du Sud, bloquent toujours l’importation de légumes provenant de régions du nord et de l’est de l’archipel.

Dans l’espoir de regagner la confiance, un important groupe de grande distribution nippon, Aeon, réalise ses propres tests sur la nourriture qu’il vend.

Selon son directeur-général adjoint, Yasuhide Chikazawa, la fixation d’un « niveau seuil de sécurité » n’a pas de sens pour les consommateurs.

« Seuls des produits présentant une radioactivité très faible au point d’en être indétectable pourront rivaliser avec leur homologues étrangers », justifie-t-il.

La politique de « tolérance zéro » d’Aeon a d’abord rencontré l’opposition de producteurs des zones contaminées, précise M. Chikazawa. « Mais ils ont finalement réalisé que c’était la meilleure façon de les protéger. »   © 2012 AFP

Billet d’humeur de 200 watts: Mercredi 29 février 2012
Encore quelques jours avant de souffler sur la première bougie du Yellow Cake de Fukushima. Pour fabriquer un gâteau, vous aurez certainement besoin d’un peu de lait. Ca tombe bien, 124 producteurs de lait japonais ont annoncé qu’il n’y avait plus que 10 becquerels de Césium radioactif dans la boisson préférée des étudiants. C’est une bonne nouvelle car le Gouvernement autorise du lait avec une teneur de 50 becquerels. Le département a cru bon rajouter: « Nous espérons que les enfants boivent le lait japonais sans crainte d’être contaminés« . Et bien, à votre santé!

Du Xénon 135 au réacteur 2 de Fukushima

Après le Césium , le Xénon au réacteur 2

Titre: Enceinte de confinement primaire de l’unité 2 de Fukushima Daiichi centrale nucléaire, Résultat d’échantillonnage par le système de commande du gaz

Date de: Février 14, 2012
Par: Tokyo Electric Power Company

Temps d’échantillonnage: 13 Février 2012, 16h24-16h54 (filtre à charbon actif)

  • Xe-133@0.016 Bq/cm3 (5 jours de demi-vie) ou 16 000 Bq/m3
  • Xe-135@0.023 Bq/cm3 (9 heures de demi-vie) ou 23 000Bq/m3

Commentaire de Jeudi: La présence de Xenon signe une réaction nucléaire en cours. 

http://fukushima-diary.com/2012/02/minamisoma-blogger-the-heating-gauge-is-not-broken-at-reactor2/#.Tzp73KvEc30.facebook

Forte élévation de la température au réacteur 2 et augmentation énorme des taux de césium 134 et 137 à Fukushima

Via EX-SKF :[…] Jiji Tsushin dit juste avant 15 heures, la température était de 342,2 degrés Celsius .

Selon une information relayée par  Janick Magne au Japon, derniers chiffres officiels de Fukushima:

Augmentation énorme des taux de Césium 134 et 137 les 11-12 février

Pendant que le réacteur 2 montre des signes inquiétants de réchauffement  des chiffres officiels montrent qu’entre le 11 et le 12 février:

Le Cesium 134 est passé de 4.45 MBq/km2 à 98.2 MBq/km2

Le Cesium 137  est passé de 6.46 MBq/km2  à 139 MBq/km2

Source:

http://www.pref.fukushima.jp/j/koukabutsu47.pdf

Un point complet avec le Blog de Fukushima sur ce sujet:

http://fukushima.over-blog.fr/article-augmentation-de-la-radioactivite-a-fukushima-99252427.html

Le césium qu’est ce que c’est?: